Les conditions pour qu’un VAE soit aux normes

Le VAE, ou « vélo à assistance électrique » ou « vélo électrique », est de plus en plus commercialisé en France. Cet accessoire de l’e-cyclisme est très apprécié des utilisateurs car il apporte de nombreux avantages. À la fois moyen de transport écologique et appareil sportif, il est compréhensible que le VAE attire autant.

En effet, le vélo électrique aide à circuler dans les villes, et sur tous types de routes. Ce faisant, il favorise l’activité physique. Et en limitant les embouteillages, il contribue à la préservation de l’environnement. Tout cycliste souhaitant acquérir un VAE doit se conformer à la réglementation en vigueur. Des normes sont imposées tant sur le vélo électrique que sur sa conduite.

Les normes en vigueur sur le VAE

Le vtt electrique cube est l’une des références en VAE du marché. Il s’agit d’un vélo électrique de marque allemande qui connaît un grand succès auprès des acheteurs. L’assistance au pédalage séduit énormément d’utilisateurs, d’où cette forte affluence.

Depuis sa création, la marque impose des critères stricts de qualité et de sécurité sur ses produits. Ceux-ci ont juste été confirmés par la législation de l’Union européenne.

Aujourd’hui, tous les VAE proposés dans le commerce doivent être homologués et respecter 3 règles principales :

  • La puissance nominale du moteur ne doit pas aller au-delà de 250 Watts.
  • La vitesse du vélo électrique ne doit pas dépasser 25 km/h.
  • Le moteur s’arrête lorsque la vitesse imposée est atteinte ou lorsque le cycliste arrête de pédaler.

À ces règles principales s’ajoutent d’autres normes qu’il est utile de connaître avant d’acheter son vélo électrique. À savoir :

  • Si les 3 premières règles ne sont pas respectées, le vélo électrique est considéré comme un cyclomoteur.
  • Si la vitesse du vélo dépasse les 25km /h, il est aussi assimilé à un cyclomoteur. Le vendeur est tenu de signaler cette spécificité. Et le cycliste devra disposer d’un permis (A, B ou AM) pour pouvoir le conduire.
  • S’il s’agit d’un VAE rapide ou « speedelec » ou « speed pédélecs » (plus de 25 km/h), l’immatriculation du vélo est obligatoire. Le cycliste a également d’autres obligations à respecter. Il doit notamment porter un casque. Et il est tenu de respecter le Code de la route adapté à ce genre de véhicule.
  • La batterie du vélo électrique doit être recyclable.
  • La compatibilité du moteur avec le plan électromagnétique doit être effective.
  • Les chargeurs doivent être garantis sécurisés.
  • La mention « Conforme aux exigences de sécurité » est obligatoire. Elle doit être apposée sur le cadre du vélo d’une manière indélébile, visible et lisible.

Les autres informations que le cycliste en VAE doit savoir !

Outre les normes exigées sur la VAE, d’autres informations pertinentes peuvent intéresser le futur acquéreur et utilisateur. Par exemple, le VAE est disponible en plusieurs modèles selon les usages souhaités : VTT, BMX, ville, sport, etc. Et il existe même des VAE adaptés aux enfants. D’autres modèles encore sont plus sophistiqués, comme le vélo électrique pliant. Très pratique quand il y a encore un long trajet entre le lieu de destination et les arrêts de bus ou de métro.

Le cycliste peut rouler plus vite que la vitesse autorisée, mais il ne doit plus utiliser l’assistance électrique. En effet, si l’utilisateur du VAE souhaite aller plus vite, il doit pédaler. Il s’agit là d’une information utile pour ceux qui freinent leur achat d’un VAE à cause de cette limitation de vitesse. Sachez alors que l’assistance de pédalage s’arrête à l’atteinte de la vitesse maximale de 25 km/h. Toutefois, si vous êtes pressé, vous pouvez toujours pédaler comme sur un vélo classique.

Sur un VAE « lent », le port de casque et/ou d’équipements spécifiques pour la sécurité n’est pas obligatoire. En revanche, ces accessoires sont vivement recommandés. La souscription d’une assurance spécifique est conseillée, même si ce n’est pas obligatoire comme pour le VAE « rapide ». Même si l’homologation du VAE tend à renforcer cette sécurité, il n’y a rien de mal à redoubler de prudence.

Pour l’achat d’un VAE aux normes, qu’il soit neuf ou d’occasion, la qualité devra toujours primer. Les vélos avec des batteries détériorées par des chocs sont fortement déconseillés. Vérifiez bien avant d’acheter votre VAE. En effet, la performance générale du VAE dépend de ses capteurs, de son moteur et de ses batteries.

Si vous souhaitez acheter prochainement un VAE, vous disposez maintenant de toutes les informations nécessaires pour faire le bon choix. Trouvez le modèle fait pour vous !