Comment réparer ses amortisseurs ?

Les amortisseurs, ce sont ces pièces mécaniques automobiles conçues pour diminuer les secousses quand la voiture roule sur une voie déformée ou peu praticable car parsemée d’obstacles. Ils se composent d’un vérin rempli d’huile, ainsi que de ressorts chargés d’absorber les chocs engendrés par un nid de poule, un dos d’âne ou tout chemin accidenté. Ces composantes essentielles pour le confort et la sécurité des passagers sont, comme toutes les autres, exposées à l’usure et aux dommages, et il est important de savoir en reconnaitre les pannes pour les réparer convenablement et au plus vite.

D’abord, dans quels contextes faut-il penser à vérifier l’état de ses amortisseurs ?

Plusieurs symptômes peuvent alerter sur l’état d’usure de ces composantes. Il peut par exemple s’agir d’une difficulté à contrôler la voiture dans les virages, d’un rallongement de la distance de freinage, d’un tremblement inhabituel du volant ou encore d’une usure irrégulière des pneumatiques. Il peut aussi s’agir d’un bruit anormal perçu après passage sur un obstacle. Quoi qu’il en soit, à défaut de se rendre sur une plateforme spécialisée comme AD.fr pour remplacer les pièces usées par de nouvelles, mieux vaut les réparer au plus vite pour éviter des répercussions désastreuses.

Rouler avec des amortisseurs usés, quelles en sont les conséquences ?

Défectueuses et non réparées, ces composantes exposent entre autres à une mauvaise tenue de route, ainsi qu’à un risque plus élevé d’aquaplaning (perte d’adhérence des roues, due au passage d’une grande quantité d’eau sous les pneumatiques). D’autres répercussions comme l’accélération de l’usure générale du véhicule et notamment l’accélération de la détérioration des pneumatiques et des éléments de suspension peuvent également survenir.

En somme, une défaillance au niveau de ces pièces a une incidence directe sur le confort des passagers du véhicule, peut être source d’accidents, et peut entrainer des dépenses beaucoup plus élevées liées à la détérioration d’autres constituants. Autant de raisons suffisantes pour réparer ses amortisseurs dans les plus brefs délais en cas de panne.

Comment s’y prendre pour les réparer ?

La première étape pour restaurer la fonctionnalité des silent blocs (en savoir plus à propos de ces composantes sur le site Gataka.fr) consiste bien entendu à identifier l’origine du problème. Plusieurs phénomènes peuvent être en cause, mais classiquement, les bruits anormaux sont souvent dus à une oxydation des ressorts de suspension, ou à une déformation mécanique des pièces en elles-mêmes. Il peut aussi s’agir d’une fuite sur les tiges des amortisseurs, ou d’une casse des ressorts, qui survient généralement après dépassement de leur durée de vie normale, soit 80 000 Km (en savoir plus ici).

Une fois que la source du problème est identifiée, il est réellement préférable de se rapprocher d’un spécialiste en la matière (un garagiste de référence préférentiellement) pour une prise en charge efficiente. En effet, seul un professionnel de la mécanique auto pourra réexaminer le véhicule pour confirmer le diagnostic et la source de la panne d’une part, et décider si une réparation est possible ; auquel cas, le spécialiste demeure la personne la mieux indiquée pour la mener à bien.

Les automobilistes néophytes dans le domaine de la mécanique auto n’ont donc aucun intérêt à effectuer eux-mêmes ce type d’intervention. Ils peuvent toutefois éviter que de telles situations ne se reproduisent à l’avenir, en prenant l’habitude de faire contrôler leurs amortisseurs tous les 20 000 km, et en n’hésitant pas à les faire réparer (ou remplacer) en cas de défaillance.